Humeur du vieux Redortier

Humeur du vieux Redortier

La semaine dernière, un monsieur m’a contacté par message, en écrivant que mon site était bien fait, que le contenu était intéressant et qu’il pouvait m’aider à l’enrichir plus rapidement et efficacement en utilisant un logiciel d’intelligence artificielle. Ce n’est que quelques jours après, exactement sous la douche ce matin que je me rappelle la proposition de ce monsieur et que je me lance dans le monologue suivant.

Monsieur j’ai travaillé 35 ans dans le numérique et j’ai une vague idée de comment fonctionne une IA: c’est une machine qui puise dans un immense stock de textes et qui est capable d’aligner des mots en respectant la syntaxe, en usant d’un certain style et en donnant un sens au texte généré en fonction de la demande de l’utilisateur. Le sens n’est pas intrinsèque à l’IA car elle n’en a pas conscience, mais la simulation de sens fournie avec les mots choisis a une probabilité proche de 100% de  coller au sens voulu par l’utilisateur de l’IA et donc d’être compréhensible par le lecteur. Autrement dit, l’IA aligne des mots en respectant parfaitement des règles et décrit des idées, des sentiments, des humeurs … uniquement parce qu’elle calcule la meilleure probabilité pour que cet alignement prenne sens pour le lecteur. Autrement dit elle ne sait pas ce qu’elle raconte mais ça marche : c’est le même principe que l’illusion. 

Je ne suis qu’un très modeste serviteur des arts, j’essaie de peindre, d’écrire de la poésie, de cuisiner et de donner par ces différents canaux de l’émotion aux personnes de passage sur mon site ou dans ma maison d’hôtes. J’ai la chance d’habiter dans un bel endroit, au milieu des champs, des bois et des collines, j’ai la chance de pouvoir partager des expériences de randonnées ou de promenades contemplatives dans des lieux apaisés où chacun, chacune peut se retrouver. 

Alors oui, je suis un piètre utilisateur des réseaux sociaux, je ne fais pas souvent évoluer mon site Internet, je ne fais rien pour mieux indexer les pages et je n’ai que 80 followers sur mon Instagram (les meilleurs) !! 😜 Mais l’IA, ce n’est pas mon monde, plus exactement je suis à l’opposé, à l’autre bout du spectre : j’ai envie d’être le miroir de la nature que je contemple chaque jour, j’ai envie de réalité ou de rêve mais surtout pas de simulation. J’ai envie de poésie, d’authentiques humeurs, d’hésitations et de doutes et surtout pas d’efficacité. 

J’ai envie de beauté ou d’émotion qui sortent de mes pinceaux, de ma plume ou de ma casserole et qui soient le prolongement de mon âme, de mon humeur, de mes efforts ou de mes tripes, et pas du grand shaker d’un super ordinateur !

Alors Monsieur, je comprends tout à fait votre démarche et je pense que votre logiciel peut tout à fait convenir à certains groupes hôteliers ou d’autres organisations qui ont besoin de standardiser et de produire efficacement leurs services, c’est louable et je ne le critique pas. Mais comme vous l’avez compris, laissez-moi en dehors de tout ça. 

Ceci est un monologue, je l’ai écrit sur une terrasse de café, en profitant d’un soleil déjà très (trop ?) généreux pour un début mars, je n’ai pas cherché à dialoguer car je préfère le contact des humains et tout simplement je ne pense pas que mon interlocuteur du jour en soit un.

Les commentaires sont clos.
× Si vous avez WhatsApp, démarrons une conversation